skip to Main Content

Emprunter en CDD : est-ce réaliste ?

Est-il difficile, possible, voire judicieux, d’emprunter lorsque l’on est en Contrat à Durée Déterminée (CDD) ?

Ces derniers temps, il faut dire que les conditions d’emprunt sont particulièrement favorables, et tout pousse (ou presque), à se lancer dans un projet immobilier. Mais peut-on envisager un projet d’acquisition, sans le « sacro-saint » Contrat à Durée Indéterminée (CDI) ?

Focus sur une situation, certes pas évidente, mais pas impossible !

Et si votre CDD était aussi « puissant » qu’un CDI, face au crédit immobilier ?

Préambule

Chez FG Stratégies, bien souvent, nous entendons dire par nos clients ou prospects, au détour d’une conversation, qu’emprunter en CDD n’est tout bonnement pas possible. Il semble donc que cet (autre) apriori financier et bancaire soit plus répandu que nous le pensions.

Face à cela, nous avons tout de suite voulu tenter, à notre humble échelle, de rétablir une forme de vérité … ou du moins de venir vous éclairer davantage, vous, les personnes en CDD ! Car effectivement, si en pratique, nous admettrons que le sujet n’est pas toujours simple (c’est même une certitude), il n’y a à l’inverse pas de réponse toute faite ou catégorique.

Emprunter en CDD, même seul… c’est tout à fait concevable ! A condition bien sûr, de respecter quelques préalables indispensables, relatifs aux attentes plus spécifiques des banques en la matière.

Nouveau tour d’horizon.

Les réflexes ont la vie dure

En fonction des études, on estime que 9 embauches sur 10 (ou plus de 80% des nouvelles embauches dit autrement), s’effectueraient désormais en CDD. La douche froide… dans un pays pourtant fortement attaché à son CDI, car considéré comme un précieux sésame dans de très nombreux cas.

Les banques d’ailleurs, ne font donc pas exception en la matière, le CDI étant la plupart du temps, beaucoup mieux valorisé et considéré qu’un CDD. Et sans rentrer encore dans les détails de certaines situations, il reste malgré tout cohérent qu’un établissement bancaire souhaite d’abord s’appuyer sur des emprunteurs à la situation plus « stable » et vue plus durablement, pour limiter ses risques.

Et s’il est vrai que dans notre contexte actuel de marché du travail tendu, un salarié en CDI vit davantage aujourd’hui sous la menace d’un licenciement, qu’à une époque pas si lointaine, juridiquement, le CDI garde une sécurité « d’avance » par sa structure et sa codification même.

La précédente crise financière, ne l’oublions pas, a aussi existé du fait d’une distribution de crédits Outre-Atlantique bien moins regardante que chez nous en France, car sur la base d’un modèle certes à taux variable, mais aussi basé sur des profils à la situation moins engagée.

Encore une fois, comme le diable se cache dans les détails… d’autres paramètres peuvent néanmoins venir favoriser l’accès au crédit pour une personne en CDD, quand encore d’autres paramètres peuvent aussi limiter (un temps du moins) l’accès au crédit pour des personnes … en CDI ! Si dans l’absolu, il reste compliqué de souscrire un prêt immobilier sans avoir de CDI ; voici quelques cas pourtant considérés plus favorablement !

Lorsque le CDD est voulu, et non subi

Nous l’avons dit, le CDD reste perçu comme un contrat plus précaire qu’un CDI, car l’employeur et l’employé ne semblent au départ pas vraiment s’inscrire sur du long terme, du moins en apparence.

Pour autant, certains de nos clients chez FG Stratégies, ont à l’inverse choisi volontairement cette situation, pour des raisons personnelles : souhait de flexibilité, de mobilité géographique ou sectorielle, choix de multiplier les expériences pendant un temps, volonté de gagner plus en cumulant plusieurs emplois… bref, être en CDD peut aussi se présenter comme une situation intéressante pour certaines personnes.

Et si d’autres personnes n’ont pas le choix, du fait de leur secteur d’activité (je pense par exemple aux intermittents du spectacle, mais ayant tout de même une certaine « ancienneté » dans leur métier), il sera quoi qu’il en soit, tout à fait possible, de persuader un établissement prêteur que votre contrat précaire n’est donc pas un handicap, mais à l’inverse, qu’il représente plutôt une sorte d’atout.

Des critères néanmoins minimums pour avoir une chance d’aboutir

Que le CDD soit voulu, ou subi, il subsiste néanmoins quelques critères « minimums » pouvant jouer plus favorablement dans l’obtention d’un crédit :

  • En général, la durée d’activité aura un impact non négligeable : deux ans d’activité minimum (voire trois ans en fonction des cas), dans le même secteur ou sur un même poste, seront positifs pour votre dossier. Si on reconnait par exemple qu’un contractuel de la fonction publique aura peut-être plus de chance d’aboutir qu’un intérimaire, toutes conditions identiques par ailleurs, que vous soyez dans le privé ou non, mais avec une certaine « ancienneté » d’exercice, alors votre dossier présente plus de probabilité d’aboutir qu’une personne cumulant CDD et… peu de mois de travail !
  • Certains profils en CDI n’ont parfois ni apport, ni épargne résiduelle… quand des profils en CDD font état d’une épargne correcte, après projet, et d’un apport parfois même conséquent ! Si le projet est par ailleurs cohérent, alors un profil épargnant, et disposant d’un apport, même en CDD, aura des chances d’obtenir un prêt immobilier.
  • Autre manière d’analyser un dossier en CDD : insister sur le secteur d’activité en lui-même, dans une zone donnée. En effet, cumuler des CDD dans un même secteur d’activité et avec un minimum d’interruptions peut se révéler être un bon argument : il prouve, du moins, que le secteur en question embauche et présente une bonne dynamique, et ainsi que vous ne serez pas forcément sans travail du jour au lendemain, contrairement à certains postes en CDI ultra pointus, et parfois peu représentés dans certaines zones.
  • Enfin, nous en parlions un peu plus haut, des personnes qui détiennent un CDD dans la fonction publique d’État, territoriale ou hospitalière auront plus de chances d’avoir un accord de principe ferme qu’un CDD de même durée minimum, dans la sphère privée.

La force du projet à deux

Jusqu’ici, nous avions donc considéré le projet immobilier davantage sous l’angle d’une personne seule.

Prenons maintenant le cas d’un couple, dont l’un serait en CDI (hors période d’essai évidemment), et l‘autre en CDD, avec une certaine régularité ou ancienneté. Sous couvert de respecter les autres critères d’octroi d’un prêt par une banque, ces dossiers présentent souvent une meilleure faisabilité (mais sans être garantis pour autant).

Attention tout de même, point d’euphorie ! L’analyse sera spécifique à ces cas de figures, et des règles de prudence devront être adoptées pour savoir quelle enveloppe de crédit sera judicieuse et réaliste.

Et à ce titre, un cabinet comme FG Stratégies, reste une solution toute trouvée, pour maximiser ses chances de réussite, et ne pas partir sur un projet trop lourd.

Toujours soigner son dossier, son projet et sa présentation

Comme à tous âges, dans tout type de projet, et même en CDI… un dossier clair, bien présenté, complet, sera tout aussi indispensable (si ce n’est plus ici !), pour obtenir un accord et de bonnes conditions d’emprunt. Ainsi, n’hésitez pas à bien rassurer le banquier sur vos revenus ou charges à venir pour lui apporter un maximum de visibilité.

Mettez en avant vos atouts, votre expérience professionnelle et vos projets professionnels à venir, ou encore la régularité de vos paiements de loyer… tout ceci constituera par exemple de bons indicateurs complémentaires pour l’établissement bancaire. Si vous avez de l’épargne, là encore, elle sera de nature à rassurer la banque quant à votre profil personnel, financier, et de gestion.

Un dossier avec des comptes bien tenus, et peu de crédits seront globalement toujours mieux perçus qu’un dossier toujours limite… même en CDI !

Et si certains établissements restent plus « ouverts » et intéressés par des profils en contrats « précaires » que d’autres, le tout sera, comme à chaque fois, de rester cohérent et réaliste dans ses volontés, nous l’avons dit, ne serait-ce que pour assurer aussi votre propre sécurité financière, et garder une approche de « bon sens », selon votre cas.

Conclusion

En CDD, acheter ou investir en immobilier, et profiter par la même des taux bas de 2019, c’est tout à fait possible et envisageable… A condition toujours d’être bien accompagné et bien conseillé, et de suivre quelques règles spécifiques.

Ce que nous nous efforçons de faire, chez FG Stratégies, pour vous, tout au long de l’année, à Montpellier, en Occitanie, ou ailleurs, à proximité, comme à distance.

Back To Top