skip to Main Content

Quid de l’actualité immobilière et patrimoniale en ce début d’année 2021 ?

Après notre récent article sur l’actualité du crédit immobilier, quid cette fois de l’actualité immobilière et patrimoniale de ce début d’année 2021 ?
Comme chaque début d’année, un élément (entre autres) est notamment particulièrement scruté : La nouvelle Loi de Finances.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, ce nouvel article de 2021 est l’occasion pour le cabinet FG STRATEGIES de vous réitérer ses meilleurs vœux, pour une année 2021 plus sereine, positive, et moins complexe que l’année qui vient de s’achever.

Découvrez notre vision du marché immobilier en ce début 2021, et quelques nouveautés proposées par la dernière Loi de Finances pour 2021 !

Les évolutions relatives au marché immobilier

La situation du marché

Avant de voir les nouveautés de la Loi de Finances, comme nous le soulignons souvent, le marché immobilier reste de manière privilégiée, dans les perspectives projet et d’investissement des particuliers, et ce, en toutes circonstances !

Une nouvelle preuve, si cela était nécessaire, de l’attrait de l’immobilier en France, est d’analyser même rapidement la situation du marché face à la crise Covid-19. L’épisode de confinement aura eu des effets significatifs sur l’évolution des comportements et la nature de la demande.

D’un côté, nous pourrions noter la (nouvelle) appétence des Français et notamment des citadins, pour davantage d’espace et de surfaces extérieurs. Ce nouvel engouement pour la maison, ou l’appartement plus clair et mieux agencé, pourrait contribuer à rééquilibrer la demande sur le territoire, en désengorgeant les métropoles au profit des villes de taille intermédiaire, voire même, au profit d’un retour en campagne.

De l’autre, la résilience du marché immobilier en 2020, constatée par le volume de transactions resté élevé, et une demande toujours bien supérieure à l’offre dans la majorité des agglomérations, aura finalement confirmé, une fois de plus, la dimension de « valeur refuge » et sécuritaire de l’investissement « Pierre » en France.

Si le marché de l’ancien et du neuf sont à ce jour particulièrement « asséchés », pour plusieurs raisons, avec une demande bien supérieure à l’offre, ayant conduit les prix à augmenter en 2020 dans beaucoup de secteurs, reste à voir comment l’immobilier se comportera en 2021 sur front de crise sanitaire mais surtout de crise économique en cours. Au-delà de la question de la solvabilité des emprunteurs, reste à savoir si les vendeurs seront moins frileux et les promoteurs moins pénalisés par nombre de municipalité et leurs politiques, quant aux octrois de permis de construire.

La question clef de la rénovation des logements et de leur performance énergétique

Parmi les évolutions clefs de ce début d’année, la question des logements mal isolés et de leur qualité énergétique insuffisante. Si des projets ou rumeurs circulaient depuis 2/3 ans, le suspens est maintenant terminé. Le projet proposé concerne d’ailleurs les propriétaires bailleurs/investisseurs. Ces évolutions réglementaires risquent donc d’avoir un impact fort sur le marché immobilier à terme.

A ce titre donc, un décret publié le 11 janvier va ainsi interdire la location de certains logements, en fonction de leurs performances énergétiques.

En effet, les logements classés G (cf. le Diagnostic de performance énergétique (DPE)), ne pourront plus être loués à partir du 1er janvier 2023. Les bailleurs disposent donc d’un délai de deux ans pour réaliser les travaux nécessaires, pour améliorer la classe énergétique de leur bien locatif.

Cette interdiction à location n’est d’ailleurs que la première étape d’un processus global, qui vise en fait à éradiquer le plus possible les passoires thermiques, du parc immobilier locatif Français.

Le ministère du Logement précise que « les seuils qui s’appliqueront à partir du 1er janvier 2025, puis à partir du 1er janvier 2028 seront exprimés en s’appuyant sur les étiquettes du futur DPE, actuellement en cours de redéfinition et qui deviendra prochainement opposable ». A partir de 2028, il ne sera même plus possible de louer un logement avec un DPE noté F cette fois. Mieux vaut donc anticiper et engager les travaux nécessaires, pour être directement noté E.

A ce titre, l’un de nos précédents articles pourrait vous intéresser : Vous envisagez la rénovation énergétique de votre logement ? Découvrez « MaPrimeRénov’ ».

En effet, dans la continuité, le Gouvernement a lancé « MaPrimeRénov’ », présentée fin 2020 déjà, comme « une aide pour la rénovation énergétique ouverte à tous ».

Ayant vocation à remplacer le crédit d’impôt relatif à la transition énergétique, le CITE (fin au 31 décembre 2020), la prime de transition énergétique était, au départ, plutôt destinée aux ménages à revenus modestes. Il a toutefois été décidé d’étendre le dispositif de la PrimeRénov, à tous les propriétaires occupants ou bailleurs.

Depuis le 01/01/2021, ces derniers bénéficieront ainsi des mêmes aides, en fonction de leurs revenus et des travaux qu’ils engagent.

Pour en savoir plus, consultez notre précédent article, très complet, mais également www.maprimerenov.gouv.fr.

Découvrez certaines nouveautés de la nouvelle L.F (Loi de Finances) 2021

Voici un résumé de quelques mesures de la LF 2021, relatives aux particuliers :

Barème de l’IR et prélèvement à la source

Le barème de l’IR pour les revenus 2020 est revalorisé en fonction de l’inflation (+0,2 %). Les taux de PAS sont corrélativement aménagés.

Prestation compensatoire mixte

Conformément à la décision du Conseil constitutionnel du 31 janvier 2020, les prestations compensatoires mixtes (versées pour parties en capital et pour partie en rente) pourront bénéficier d’une réduction d’impôt de 25% si la partie en capital est versée dans les 12 mois du divorce.

Dispositif d’investissement sous loi Pinel

Le dispositif Pinel sera prorogé jusqu’au 31 décembre 2024, avec cependant une baisse progressive du taux de la réduction pour les années 2023 et 2024.

En outre, les logements que le contribuable fait construire seront concernés par le recentrage du dispositif à compter de 2021, en faveur des logements collectifs.

Il est donc plus que jamais temps pour vous d’étudier cette solution dans le cadre de votre développement patrimonial, avant l’entrée en vigueur de la baisse progressive du taux de la réduction. Découvrez nos solutions de biens éligibles, et notre accompagnement conseils complet.

Transition énergétique (CITE/MaPrimeRénov’)

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE), qui est supprimé à compter du 31 décembre 2020, ne sera pas reconduit. La loi de finances pour 2020 a en effet prévu qu’il soit remplacé par une prime contemporaine à la réalisation de la dépense, appelée « MaPrimeRénov’’, versée par l’Anah.

Toutefois, la LF 2021 prévoit des mesures transitoires pour le CITE :

  • Pour les dépenses engagées en 2018 mais payées en 2020 (pouvant bénéficier du CITE dans ses règles applicables avant la LF 2020),
  • ET pour certaines dépenses engagées en 2019 ou 2020 et payées en 2021 (pouvant bénéficier du CITE dans ses règles applicables depuis la LF 2020).

Un crédit d’impôt en faveur de l’acquisition et de la pose de systèmes de charge pour véhicule électrique est spécifiquement créé.

Il est destiné à maintenir le niveau d’avantage fiscal que procurait le CITE. La LF reprend la mesure de renforcement du dispositif MaPrimeRénov’ (Pour rappels : annoncé début octobre par le gouvernement ; extension à tous les contribuables sans condition de ressources, et aux logements mis en location).

Crédit d’impôt exceptionnel en faveur des abandons de loyers (covid-19)

Un crédit exceptionnel est octroyé en faveur des bailleurs consentant des abandons de loyers au profit de leurs locataires particulièrement touchés durant la période de confinement.

 

Nous restons bien évidemment à votre disposition pour toutes autres questions ou précisions complémentaires, aides et accompagnements dans vos projets immobiliers ou patrimoniaux.  

Back To Top